Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'image la suite....

    Finie Parker

    Place à Sandra.

    POurquoi?? ça va venir. à tout à l'heure.

  • Juste

    Une rose

    du jet 27

    deux personnes et moi et c'est bien

    ......

    et eux!! et c'est encore mieux

    c'est quand même sympa une bonne étoile. Même si c'est pas un ange.

  • L'image

    Faut il être soit même ou se forger une image pour « paraître » mieux au regard des autres ?

     Les discours de gens « combattants » le sont ils vraiment ou se sentent ils mieux juste parce qu’ils ont réussi à écraser quelqu’un. Ma fois c’est peut  être un signe de faiblesse, pour vouloir se sentir si fort. 

    On fait gaffe à nos vêtements, notre coiffure (oui bon ba la mienne je fais ce que je peux… ok !) faut toujours gérer…

    Cependant on matte, on compare, on se compare… on jalouse…. Plein de choses peuvent arriver en quelques regards et peu importe les personnes que l’on regarde justement.

    Souvent quand quelqu’un nous paraît mieux que nous on aime l’avoir dans notre entourage… oui ? non ? enfin parfois… l’ombre peut être là, la concurrence.

    (générique du destin de Lisa là, vous entendez ?)

     Pourquoi je dis ça, et bien dans ma petite expérience de vie j’en ai eu les preuves. Illusions et désillusions.

     On a le « ça va ?» petite question bien sympathique certes, mais à quoi elle sert. Quand on dit « non » ya plus grand monde. Bon même moi je la pose cette question, rentrée dans les codes.

    L’image de la personne qui va est beaucoup plus entourée. Et pourtant faut il se voiler la face ??

     Certaines personnes arrivent à nous sonder en très peu de temps, par rapport à ce qu’on peut dire, la spontanéité… tout est calculé chez eux…. Mais l’inverse est vrai, qui n’a jamais voulu « fuir » justement car les travers étaient découverts ???? ou justement car on voit les travers dans les autres ??

     

    Pendant plusieurs années je me suis confiée à quelqu’un… des vrais amis quoi…

    J’avais ses petits secrets, lui les miens… présent dans les peines surtout…

    Puis les autres qui étaient là qu’aux joies souvent, ou vivant par procuration les peines car ça fait parler (bon là on met une couverture de magazine genre « voitou »..)

    Pleins de connaissances autour de moi on en a pleins des connaissances…

    Ce jeune homme m’appelait souvent (bon moi aussi j’étais jeune, hein 25 ans c’est jeune).

    A chaque fois il lui fallait le numéro de « mes copines »… jusqu’au jour, où un dimanche matin, 8h mon téléphone sonne,  « dis tu aurais le numéro de Bidule.. ? »

    Là je lui dis « dis tu vas m’appeler tout le temps pour avoir mon calepin ? » Quelle naïve j’ai été et je suis encore d’ailleurs. Enfin l’image aussi.

    Je vous laisse imaginer la suite. IL a fallu cette phrase. Rien que celle là.

    17 ans,  j’ai séché rien qu’une fois. Celle là. Je m’habillais en sac à l’époque. Traduction : jean bien large pour fille complexée aux hanches et fessiers larges. Hum mon corps a un peu changer. La largeur est toujours là. Manteau couvrant jusqu’ au doigts de pieds, début du printemps, journée fraîche.

    Rue des fleurs, Massy 10h du matin.

    La voiture rouge, « dites vous connaissez  la rue trucmuche ? »

    « non désolée »

    « vous allez au lycée là ? »

    « oui »

    « je peux vous déposer »

    « non merci »

    Papa avait donc raison, ne jamais monter dans la voiture de quelqu’un qu’on connaît pas. Je suis pas montée.

    Je continue ma route vers le lycée dans ma tenue de sex symbol.

    Une fois « vous êtes sure »

    Deux fois « non mais vraiment »

    La troisième je pense que le monsieur a eu les hormones en ébulitions…. Le monsieur est descendu « viens viens viens…. »

    La survie veut que tu cries, et que personnes réagit autour, en même temps y avait pas grand monde. Et tu cours tu cours tu cours…. J’aurais été championne de toutes les courses je crois. Non je suis sûre en fait.

     

    Je n’ai rien dit en arrivant en cours. La honte bien sur. Et l’image. Et puis qui m’aurait cru ??

      L’image, le regard des autres, ce qu’ils pouvaient penser… Alors qu’à 17 ans et même avant on est aux premiers émois.

    Moi ça m’a coupé net. (bon ça va s’arranger hein quand même !)

    Je garde le sourire, comme si de rien n’était…. J’ai gardé ça en moi longtemps (enfin en moi….) Seulement j’étais bien fracassée.. (oui encore maintenant  et alors ?)

     

    Le lendemain je me suis transformée… ma mère n’a pas compris, mon père encore moins, les filles devenaient jalouses….

    Je mettais rhabillée complètement, robe courte et moulante….. changement radical. Premiers talons.

    Je me suis dis « ce connard il m’a sauté dessus alors que j’avais rien d’allumeur, et bien soit »

     

    Depuis je m’habille en femme, un bien grand mot. Tiens les garçons viennent vers moi. Je suis surprise.

    J’étais bonne en classe…. Puis je suis devenue clown. L’image toujours là.

     

    Tiens elle est rigolote Sandra, on déconne bien avec elle… Elle connaît des gens…

    Puis elle plaisante….  (on peut se foutre de sa gueule…)

    Elle est « gentille » pour ne pas dire brave.

     

    Je me suis faite avoir par moi même (oui enfin pas complètement hein !)

    ….  J’étais la tout le temps, il a fallu qu’une seule fois je n’y sois pas, et ça y est …. Rien.

    Je me demandais « mais pourquoi ? » et bien j’ai su.

    LA plaisanterie des uns est prises comme une agression par d’autres parfois.

    Le cours de la vie. Sauf que c’est la mienne.

     

    Il a fallu que j’essaye juste de penser à moi, mais pas aux détriments d’autres pourtant….  Et hop.

      J’ai eu des anges gardiens, qui m’ont prévenu pourtant…..  Chassez moi  ce démon qui m’habite (quoi ma bite ?) 

    L’image….. est à suivre…..

    Ca va aller......